Marathon de Paris 2014

8 avril 2014 - 10:32

Bravo !!!

Félicitations à tous !!! Bonne récupération

un peu de lecture:

Christine 4H05'25

très bon temps pour certain et pour d'autres comme moi par exemple, une déception.
Un excellent départ bien géré, au 10 kms, je suis à 53'24, Semi : 1h53'29, tout va bien, je suis dans les temps souhaités, 
encore en bonne forme, puis tout bascule au 30èmes kilomètres jusqu'à la fin, crampe musculaire à la cuisse gauche, obligée de marcher, masser ma cuisse, courir, marcher, ainsi de suite. Cela étant, reste une bonne expérience en ayant géré la douleur et le mental (entre nous j'ai quand même pleuré).
Philippe 4h53'33
 
Je peux vous confirmer que c’est très dur pour finir les 42,195 km. Au début, tout va bien, 5 minutes au kilomètres avec une impression de ne pas forcer. Ensuite, avec la chaleur, cela devient un peu plus dur, je décide donc de ralentir et de courir à la sensation. Et voilà, le 10 kilomètres sans trop de soucis. Je ralenti tout de même par précaution, mais tout d’un coup, plus de jambes. Je me dis alors que cela va être une journée « sans » comme peuvent le connaitre tous les sportifs. A partir du 20 kilomètres, je suis obligé d’alterner la course et la marche, les secondes et les minutes défilent à la vitesse « V » (contrairement à moi). Après le 30ème, je ne me souviens plus exactement quand, mais je n’ai pas réussi à recourir, j’ai donc marché, marché, marché… Tout le monde vous double, c’est très dur, et puis vous commencez à voir d’autres personnes qui marchent. J’ai commencé à en doubler, voire en marchant doubler des personnes qui courraient. Enfin, j’ai réussi à recourir, lentement, mais c’était encourageant. Les spectateurs vous encouragent tout le long, il vous appellent par votre prénom (il est marqué sur le dossard). Et puis plusieurs fois, vous reconnaissez la voix de quelqu’un que vous connaissez au milieu de tous les cris, El Hadi à la Bastille, Fernando au 30ème kilomètre, et Philippe au 36ème au bas de la dernière montée. Enfin, vous apercevez la ligne d’arrivée et vous vous dites « Je l’ai fait ». Vivement l’année prochaine !...
Magali 4h18

 
De mon côté, 1er marathon et pas des moindres celui de Paris. Je l'aborde sereinement, j'ai quelques craintes par rapport à mon genou qui m'a fait cesser l'entrainement depuis plus d'une semaine mais je me dis que je peux le faire! même si tout au fond de ma tête un petit doute existe. J'ai bien respecté le planing de notre super Coach EL Hadi mais je n'aurais fait finalement fait qu'une seule sortie longue de 2h.
SAS des 4h j'y suis, j'ai réglé ma montre pour faire entre 4h et 4h15! mais mon véritable challenge c'est de finir et si possible avant 4h30!
Beau temps, 1ère course en t-shirt manches courtes, un exploit pour une frileuse comme moi! Ma ceinture est prête avec les gels à absorber tous les 5 km. L'attente est longue, plus de 45mn s'écoule entre les 1er de 8h45 et notre départ, heureusement l'ambiance est bonne.
Top départ, les premiers km défilent sans pb, je respecte les consignes et rallenti quand ma montre me dit de le faire, je prends mes gels avant chaque ravitaillement où je bois à chaque fois. Je me sens bien et me rappelle la fable du lièvre et de la tortue. Le semi passe assez vite, 2h03, je suis régulière. Au bout de 2h30, j'entre en terre inconnue, me disant: maintenant c'est ici que tout commence!
Le passage des tunnels est assez dur, il fait noir c'est long et assourdissant mais l'ambiance est bonne, les 1ers coureurs commencent à marcher, tout va bien. Les femmes sont particulièrement encouragées "Allez Mag", 1 ou 2 têtes familières sur le parcours aident à rester dans mon objectif. 35e km, mon genou me fait mal, il se rappelle à mon bon souvenir.... 36e le 2e me dit bonjour. Puis c'est la cheville. Le rythme ralenti mais je cours toujours, ma montre ne cesse de me dire d'accélérer. J'ai mal mais mes pieds avancent tout seuls, c'est mécanique. Je me parle en me disant de ne rien lacher et je me projette à la ligne d'arrivée. Coup de mou ou plutot de moral au 39e, je n'ai toujours pas vu mon mari et mes enfants et je les cherche espérant ne pas les avoir raté. Je marche un peu, le temps de les appeler: ils sont à l'arrivée. Un dernier effort si pres du but, ! un ami me rejoint au 40e Km et me redonne de l'entrain en courant à mes côtés, jusqu'au 42e où je vois la ligne d'arrivée et pars dans un sprint effreiné. Je passe l'arrivée, heureuse, et sens petit à petit mes jambes dvenir très lourdes et douloureuses, je marche comme une petite vieille heureuse d'avoir atteint mon objectif! un marathon l'année de mes 40 ans en 4h18!
 
Bérangère 4h36'31
 
Une belle journée pour courir dans Paris quoi qu'un peu chaude! 
J'ai du surtout me battre contre moi même car je savais ce qui m'attendais. Je me demandais bien si j'allais en avoir sous le pied pour finir ce fameux deuxième marathon.
Le 1er semi se passe finalement mieux que prévu, j'apprécie l'ambiance et le bois de Vincennes avec quelques surprises musicales où on ne les attend pas. A la Bastille je croise El Hadi, et cela me galvanise pendant quelques km. J'avais oublié que les tunnels étaient longs et étouffants mais jusqu'au 30ème ça va (une petite pensée pour Fernando, car je sais que mon marathon va commencer à ce fameux 30ème kilomètre)!. Et là, j'avance encore mais mais hum. C'est moins efficace, et  je me dis qu'il faut oublier mon beau bracelet rose avec les temps pour 4h30....Je fais une découverte qui m'occupe pendant quelques temps c'est qu'effectivement plus je cours doucement et moins les km passent vite. Je vois 2 fois les 35km (je suis en mode survie je pense!) mais alors  je constate que je cours toujours, que nous galérons tous et moi peut être moins que d'autres, et je continue. Je ne sais pas comment j'ai fait ces derniers kilomètres en courant  mais j'ai eu  un sursaut :4h35??? non mes jambes ne me le permettront pas. Elles font tout ce qu'elles peuvent pour me permettre de passer la ligne d'arrivée en 4h36 et 31 secondes soit 28 SECONDES de mieux que l'année dernière. C'est peut être un détail pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup (oui je range mes références). 
Très contente de l'avoir fini même de cette façon, car j'avais mille raisons de m’arrêter.
Remettez vous bien, et tout de même, le marathon reste une drôle d'épreuve.
Fred 3h11'59

 
 
Qui n'a jamais entendu ses proches dire que la course à pieds était un sport ennuyant? Et bien moi je vous dis que chaque marathonienne ou marathonien pourrait parler pendant des heures de sa course, tellement il se passe de choses, tellement on ressent de choses. Alors comme les autres je vais faire mon petit récit. En arrivant sur les Champs à 8h avec Fernando pour notre échauffement, le ciel bleu et la chaleur des premiers rayons du soleil annonçaient déjà qu'on était là pour passer un très bon moment mais aussi que je ne pourrai pas trouver ce dimanche 6 avril 2014 aucun prétexte du côté de la météo ! C'était donc maintenant à moi de jouer et surtout de GERER! Petite anecdote de départ à vouloir même trop bien faire, j'avais 25 minutes devant moi avant le départ, donc je prends dans le sas la file vers le pissoir. Il s'avérait que la moitié du sas était dans cette file interminable en en forme d'escargot. Tellement longue cette file qu'on finit vraiment par avoir envie de pisser. Et bien figurez-vous que j'ai finalement pisser à la maison à 13h30 car a 3 gentlemen du pissoir, coup de pistolet! C'était parti... Concentre a 110% sur la technique dès le départ, j'étais seul dans mes baskets mais dans la tête c'est comme si j'avais embarqué avec moi plein de monde genre Patrick ou encore Stéphane me disant "tu pars trop vite" puis El Hadi "baisse les épaules!" puis Philippe "allez Fred". En gérant la course de cette façon ça a été un réel plaisir les 30 premiers kilomètres. On a presqu'envie de taper dans toutes les petites mains tendues sur le bord de la route, de papoter avec les voisins. 30eme. Le silence s'installe, du moins chez les coureurs. Les supporters prennent le relais et heureusement. Je vois mes enfants au 27eme, cool, je reste sur mon objectif 3.15, pour eux, et pas seulement. Un pote s'engage au 31eme alors que la veille un mal terrible de dos l'avait fait décliner. Au 35eme il décide tout de même d'abandonner, pour ne pas me ralentir il me dit! Je surveille mes temps de passage, écrits au stylo sur l'avant-bras (merci Gabriel pour l’idée !), tout va bien, ça se complique un peu, la vitesse ralentis légèrement. On sent que chacun commence à se battre avec la souffrance, beaucoup succombent a des crampes et s’arrêtent. Je me demande pourquoi je n'ai pas encore mal et puis a force d'y penser le mollet gauche commence à me chatouiller, enfin je crois. Un petit gel pour les crampes au cas où et je tiens bon. 40eme, 3h01. Dans ma tête c'est gagné. De toute façon, inutile de faire demi- tour, c'est plus court devant que derrière. Je vois les enfants une 2eme fois avant le 42eme, c'est l'explosion de joie, l'arrivée après le rond-point s'exclame la foule. Effectivement, le rond-point arrive très vite avec une foule en délire, rond-point que j'ai vraiment pris à la corde... 3.11.59, objectif  atteint!
 
Patrick 4h13'29

Allez, la voila. Alors pour moi c'est tout simplement 4h13'29''18. Maintenant je sais que je peux me raprocher facilement des 4h30' sans aucune difficulté.

Franchement qu'est ce qu'il faut être con pour toujours essayer de faire mieux, d'être encore plus fort, d'être meilleur que meilleur, faire mieux que la meilleure performance deja faite.

Cette société de la performance qui va finir par nous tuer, toujours plus haut, toujours plus grand, toujours plus fort, et j'écrase les autres et je les regarde d'en haut y'en a marre.
OSONS et disons HAUT et FORT. ''NON à la course au toujours mieux'', TROP C'EST TROP. Quoique, ça a quand même du bon de finir devant les 4h14'. On peut bomber le torse et les regarder de haut.
J'ose même pas m'imaginer si je le courrais en 2h23'...

Franchement 4h13'29''18 qu'est ce que c'est bon. Hier matin j'avais mal à aucun muscle, à croire qu'ils sont restés sur le parcours. Ce matin pas de courbature, c'est génial.
Moi qui ait toujours voulu faire mieux, je suis sur d'une chose c'est que je ne sais pas comment faire moins de 3h (Gabriel aide moi) mais si vous voulez des conseils pour faire plus de 4h ça, je peux vous aider. Pour faire plus de cinq heures, voyez plutôt Philippe aujourd'hui, c'est le plus apte à communiquer sur le sujet. RESPECT Philippe faut vraiment qu'on discute. Sacré TOI.

Voila encore un bon marathon de fait, avec une nouvelle expérience, le prochain sera encore mieux (en fait on ne peut pas échapper au toujours mieux).


Bravo à toutes et à tous.
 

Commentaires

Le marathon de la Rochelle et 2 autres 1 mois
Le semi marathon de Boulogne : résumé 1 mois
le test VMA lance la saison ! et les athlètes retrouvent leur stade 1 mois
CS Clichy Athletisme 1 mois
saison 2017 : nouvelles photos 1 mois
saison 2017 1 mois
Rachid ZEDOUTI est devenu membre 2 mois
Isabelle Serpin est devenu membre 3 mois
Pensez à votre certificat médical ! et 2 autres 3 mois
Reprise de l'entrainement (adulte) le 06 septembre, à 19h00 - Rdvs devant le stade Racine 3 mois
loic dugueperoux est devenu membre 3 mois
CR Semi-Mrathon de Bordeaux "Sébastien" et 3 autres 8 mois
Anasia Bader est devenu membre 8 mois
Anasia Bader est devenu membre 1 an
Gabriel Terrassoux est devenu membre 1 an